Pour ne rien rater de l'actualité des SCPI, inscrivez-vous à nos notifications. Vous pourrez facilement les désactiver dans votre navigateur, à tout moment.

Immobilier de bureaux T3 2014 : une demande bien moins forte qu’au trimestre précédent (-31%)

Seuls 390 779 m² de bureaux ont en effet été placés au 3e trimestre, soit 31 % de moins qu’au trimestre précédent.

Publié le

🆕 Actualités immobilières & SCPI : Immobilier de bureaux T3 2014 : une demande bien moins forte qu’au trimestre précédent (-31%)

1,43 million de m² de bureaux ont été pris à bail en Ile-de-France depuis le début de 2014 selon Cushman & Wakefield.

Alors que l’activité soutenue des mois de mai et juin derniers avait permis de clore le 1er semestre sur une note positive, le rythme des commercialisations a, depuis, sensiblement ralenti. Si la tendance reste encore positive sur un an, le volume de la demande placée n’affiche plus désormais qu’une augmentation de 18 % par rapport à la même période en 2013 quand la hausse était de 24 % à la fin du 1er semestre. Seuls 390 779 m² de bureaux ont en effet été placés au 3e trimestre, soit 31 % de moins qu’au trimestre précédent.

Totalisant 4 259 788 m², le volume de l’offre disponible à moins de six mois en Ile-de-France est en légère hausse de 1 % sur un an et en baisse de 4 % par rapport à la fin du 1er semestre. Avec un taux de vacance de 8 %, les opportunités, tous types de biens confondus, demeurent donc relativement abondantes d’après C&W. Le fléchissement de la demande des utilisateurs au 3e trimestre explique l’absence d’évolution significative sur le front de l’offre. Cette stabilité tient également au nombre relativement limité d’offres récemment mises sur le marché.

Le marché des bureaux d’Ile-de-France devrait retrouver une certaine vigueur au 4e trimestre selon Cushman & Wakefield, même si la moyenne des dix dernières années (2 179 962 m²) sera difficile à atteindre en 2014. Par ailleurs, rien n’indique que le sursaut de la fin de 2014 se prolongera en 2015. « Si le marché de Paris intra-muros restera sans nul doute dynamique, l’activité sera généralement mitigée, pénalisée une fois de plus par la mollesse de la croissance économique et un environnement politique et réglementaire défavorable », note la société dans son communiqué.

Immobilier de bureaux T3 2014 : une demande bien moins forte qu’au trimestre précédent (-31%) : une question ? un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés / Immobilier de bureaux T3 2014 : une demande bien moins forte qu’au trimestre précédent (-31%)

marché primaireImmobilier d’entrepriseimmobilier de bureaux