Les meilleures SCPI du marché
Vous êtes ici : Accueil » Actualités des SCPI et de l’immobilier » Saint-Nazaire : les gilets jaunes autorisés à occuper la Maison du peuple (...)

Saint-Nazaire : les gilets jaunes autorisés à occuper la Maison du peuple jusqu’en avril

Les gilets jaunes de Saint-Nazaire peuvent continuerà occuper la Maison du peuple, un bâtiment devenu leur quartier général depuis novembre, jusqu’au 23 avril grâce à un accord avec le promoteur, a-t-on appris mercredi lors d’une audience devant le tribunal d’instance de la ville.

D     A FranceTransactions.com (avec AFP)


Saint-Nazaire : les "gilets jaunes" autorisés à occuper la Maison du peuple jusqu’en avril

L’audience, maintes fois reportée, devait statuer surune éventuelle expulsion des "gilets jaunes" qui occupent illégalement les lieux depuis le 24 novembre.

Mais les débats n’ont pas eu lieu, un protocole d’accord ayant été trouvé par les deux parties, les "gilets jaunes" et le groupe Pichet, promoteur immobilier et propriétaire du bâtiment devenu un lieu de vie et de débats.

"Ils nous laissent tranquillement la Maison du peuple jusqu’au 23 avril et renonceront aux poursuites financières si nous avons quitté les lieux" à cette date, a déclaré Ludovic, un "gilet jaune" présent à l’audience.

"Grâce àcet accord, on va pouvoir partir de manière sereine, sans qu’il y ait de tension et cela satisfait tout le monde", a-t-il ajouté.

"Les gens sont très attachés à ce lieu, on a vécu des choses très intenses et cela va de toute façon être un crève-coeur très douloureux de l’abandonner", a-t-il encore dit.

Au-delà de la date butoir, des pénalités financières seront appliquées et la force publique pourra intervenir pour déloger les occupants. Les "gilets jaunes" seraient une vingtaine à vivre sur place.

Une nouvelle audience a été fixée au 13 marspour entériner les conditions de cet accord.

Les "gilets jaunes" de Saint-Nazaire comptent profiter de la Maison du peuple pour planifier une "assemblée des assemblées" censée réunir des délégations de toute la France, à l’image de celle organisée à Commercy le 26 janvier, qui avait réuni quelque 300 personnes.